Série : IZombie

izombie-cw

Une série TV de Rob Thomas, Diane Ruggiero avec Rose McIver, Malcolm Goodwin, Rahul Kohli, Robert Buckley.

*BRrrRRAaiIInNSsss* …

Oui, vous vous en doutez, on va parler de zombies. Mais non, ceux-là ne se promènent pas les intestins à l’air, les bras en avant et les yeux vitreux (enfin, pas tous…). Ceux de cette série, ils sont très blonds, très pâles, mais presque normaux, si ce n’est qu’ils mangent des cerveaux …. Et surtout ils sont juste un peu morts…

Olivia « Liv » Moore, une étudiante transformée en zombie lors d’une soirée qui a très mal tourné, travaille en tant que médecin légiste afin de pouvoir profiter du festin que représentent pour elle les cervelles des défunts. A chaque bouchée, elle hérite des souvenirs de la personne. Cherchant désespérément un sens à sa vie, elle se rend compte qu’avec l’aide du détective Clive Babinaux, elle peut résoudre les affaires de meurtres et calmer ainsi les voix qui la tourmentent dans sa tête…

izombie

Si j’ai commencé la série, c’est parce que j’ai vu qu’elle avait été créée par le papa de Veronica Mars : Rob Thomas. Le synopsis me semblait être un peu à double tranchant : soit cette série allait être géniale, soit ça allait être une énorme catastrophe.

Après la perplexité passée lors du premier épisode, j’ai été plutôt emballée par la série. Ce n’est certes pas la série du siècle, mais ça se regarde facilement, et ça tient en haleine sans pour autant prendre la tête.

major i zombie

L’histoire est plutôt bien ficelée, et la série quitte un peu les sentiers battus concernant les zombies. Ici, pas de mort-vivant, du genre « The Walking Dead » plus mort que vivant, qui déambule sans but dans les rues avec des grognements et le mot « cerveauuuuuux » continuellement à la bouche. Pas de fin du monde, donc juste une « maladie » qui donne envie à certains de manger des cerveaux. Pas de révolution en ce qui concerne les enquêtes lors des épisodes, l’association police/surnaturel (personne qui parle aux morts pour découvrir ce qui est arrivé, ou un « voyant » qui a des visions sur ce qui est/ce qui va arriver…) s’est déjà vue, mais ça n’est pas le fil principal de la série (du moins dans la saison 1). Les enquêtes restent au second plan, l’intrigue principale est centrée sur les zombies.

Ce que j’ai apprécié dès le début dans la série, ce sont le générique et les transitions façon « comic book ». Ça fait un joli lien avec la BD de Chris Roberson et Mike Allreddont dont est tirée la série.

izombie générique

Les personnages sont assez attachants. Je pense notamment à Ravi, le médecin légiste qui travaille avec Liv. Il est simple, drôle, et fait un bon « partner in crime ». Il aide Liv dans son quotidien de zombie, et cherche un moyen de la soigner Le détective Babineaux est aussi assez génial, dans le sens où il ne comprend rien à ce qu’il se passe, mais arrive à faire avec. David Anders nous tient un méchant intéressant, qui donne du fil à retordre à Liv pour cacher l’existence de leur espèce.

ravi

Il y a un aspect de la série que j’aime beaucoup, c’est celui où Liv prend la personnalité de la personne à qui elle a mangé le cerveau. Ce qui donne souvent des situations improbables (et drôles) où elle se retrouve à faire des choses qu’elle n’aurait pas faites en temps normal. Rose McIver est super dans son rôle, puisqu’elle arrive à nous jouer un personnage avec son caractère propre, tout en lui insufflant des traits de personnalité différents à chaque épisode (elle passe de l’informaticien agoraphobe au militaire plutôt doué au sniper, à la fille qui a quelque peu chaud aux fesses etc…)

La série nous propose aussi quelques guests stars, donc Ryan Hansen, et Percy Daggs III, des têtes connues de Rob Thomas puisqu’ils étaient assez récurrents dans Veronica Mars. On a pu aussi apercevoir Bradley James, qui nous avait bien manqué depuis la fin de Merlin. Et, mon Dieu, qu’est-ce qu’il porte bien les cheveux bruns. *moment fangirl terminé*.

bradley jamesEn résumé, cette série est déconseillée pour les gens qui recherchent une série « compliquée » ou non prévisible. Rien de ridicule dans IZombie cependant, les épisodes se laissent regarder, et ils passent plutôt rapidement ! L’histoire est certes, pas des plus originales, mais prenante, et les personnages sont bien écrits et attachants. Il y a des moments drôles, touchants, parfois tristes mais également un peu d’action lorsque Liv passe en mode « full-on zombie ». Bref, lorsque l’on démarre l’épisode, on pose son cerveau (zombie, cerveau… Quelqu’un ? Non ? Bon…) et on attend tranquillement, en sachant qu’on va passer un moment sympathique pendant 40min.izombie

« So ‘you are what you eat’ isn’t just a bitchy thing my mother says about fat people. » – Liv

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s